Davidian Today C'est le site officiel de AGADSJ

Langues

Social

Global search
Use these syntaxes below to make advanced search
Sentence search: "Ancient David also was a young boy"
AndX search: King David
OrX search: King | David
NotX search: King ! David
Book search
Use these syntaxes below to make advanced search witin books
Reference search: 1tg2: or 1tg2:18 or 1tg2:18.3
Sentence search within book: 1tg2::"Ancient David also was a young boy"
Sentence search within book categories (tracts): tr::"The Jews before Christ’s day"
AndX search within book: 1tg2::King David
OrX search within book: 1tg2::King | David
NotX search within book: 1tg2::King ! David

Le Shintoisme Et Le Christianisme Qui Ne Progresse Pas

La Seule Paix De L'esprit

MEDITATION

 

« Et Porte Du Fruit ».

 

  Je lirai dans le livre « Les Paraboles de Jésus », à la page 44, au 3ème paragraphe, et à la page 45, au 1er paragraphe.

  P.J. p. 45: « Dieu nous invite à nourrir notre esprit de pensées nobles et pures. Il veut que nous méditions sur son amour et sa miséricorde, que nous contemplions la grande œuvre de la rédemption. La vérité nous apparaîtra toujours plus clairement; nos aspirations vers la pureté du cœur et la clarté des idées seront plus élevées et plus saintes. L’âme qui se nourrit de pensées nobles et élevées sera transformée par la communion avec Dieu qu’elle trouvera dans l’étude des Ecritures.

  «Et porte du fruit.» Ceux qui ont entendu la parole et qui la gardent porteront du fruit par leur obéissance. Reçue dans l’âme, cette parole se manifestera par de bonnes œuvres. Elle permettra l’édification d’un caractère et d’une vie conformes à l’idéal proposé par le Christ. Voici ce qu’il dit de lui-même: « Je veux faire ta volonté, mon Dieu ! Et ta loi est au fond de mon cœur. » « Je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. » L’Ecriture ajoute encore: « Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi, comme il a marché lui-même. »

  Dans quel but prierons-nous? -- Prions afin de recevoir la puissance qui nous rendra capable de méditer sur son amour et sa miséricorde, qui fera que notre perception de la vérité sera plus élevée et plus sainte; nous prierons afin de reconnaître que l’âme qui demeure dans l’atmosphère de pensée sainte est transformée, prions afin d’apprendre par expérience que la Parole de Dieu reçue dans l’âme doit se manifester elle-même par de bonnes œuvres.

 

LE SHINTOÏSME ET LE CHRISTIANISME QUI NE PROGRESSE PAS

 

ÉTUDE PRÉSENTÉE PAR V.T. HOUTEFF MINISTRE DES ADVENTISTES DAVIDIENS DU 7e JOUR SABBAT 07 FEVRIER 1948

CHAPELLE MONT CARMEL WACO, TEXAS

  Notre citation tirée de l’Ecriture Sainte pour l’étude de cet après-midi se trouve dans:

  Je. 10:23 - « Je le sais, ô Éternel! La voie de l'homme n'est pas en son pouvoir; Ce n'est pas à l'homme, quand il marche, A diriger ses pas.»

  Dans ce verset il nous est dit que la voie de l’homme n’est pas en son pouvoir, qu’il ne sait pas lui-même diriger ses pas. Quelqu’un d’autre doit les diriger s’il veut aller dans la bonne direction. C’est la raison pour laquelle le peuple de Dieu est conduit par un prophète et gardé par un prophète. (Os. 12:14). Ainsi donc, c’est par le truchement des prophètes que Dieu conduisit et garda son église dans la période de l’Ancien Testament, et par le même Esprit il a fondé, conduit et jusqu’à ce jour a protégé l’église du Nouveau Testament, bien que l’esprit qui se rebella contre les dirigeants de Dieu anciennement soit encore présent dans l’Eglise aujourd’hui.

  Les hommes sont naturellement inconscients du fait qu’ils ne peuvent diriger leurs propres pas même après que Dieu les aura initiés au départ, à l’instar d’un père pour son petit garçon. Nous ne devrions jamais oublier que lorsque le peuple de Dieu dans le passé, rejeta les prophètes y inclus Jean Le-Baptiste, Jésus-Christ et les Apôtres, quand Dieu ne put plus les conduire, leurs pieds glissèrent dans toutes les directions, ils furent déchu de la grâce et perdirent tout. Seulement ceux qui suivirent les prophètes restèrent attachés à Dieu, et furent les seuls à composer l’Eglise Chrétienne à ses débuts. Ce n’est personne, sinon Dieu qui dirigea leurs pieds dans l’église.

  Citons un autre exemple: A l’exception de peu, le monde d’aujourd’hui est en majorité Bouddhiste, Musulman ou Chrétien. Les deux tiers de la population mondiale suivent encore les traces de Bouddha qui vécut cinq cent cinquante années environ avant Jésus-Christ. Réfléchissez-y! Deux tiers, un peu moins qu’un milliard des habitants du monde sont encore disciples de Bouddha.

  Qui était Bouddha? Quel genre d’homme était-il? Bon ou mauvais? Etait-il un trompeur ou un prédicateur de la Justice?

  Afin d’obtenir la réponse, considérons premièrement les personnes qu’il côtoyait. Il ne côtoyait ni les Hébreux, ni les Chrétiens, mais uniquement les personnes méprisables de l’Orient. Et ceux qui n’ont pas été en contact avec les enseignements de Bouddha – ceux des îles du Sud en particulier – sont encore dans une grande mesure des cannibales.

  Prenant ces faits en considération avant de juger, nous pouvons poser la question suivante: En quoi Bouddha a-t-il trompé ses disciples? Nous avons pour toute réponse: En rien. L’histoire donne cette réponse: « Il enseignait aux gens qu’ils devaient rechercher le salut non par l’observation des rites et des cérémonies religieuses, mais par l’honnêteté et la pureté du cœur, par la charité et la tendresse et la compassion envers toute créature qui a vie ». General History, p.66

   Puisque l’enseignement dispensé par Bouddha ne vient pas du Diable et puisqu’il a conduit ses disciples à délaisser ce qui est mauvais et prendre ce qui est bon, il n’a pas pu être un trompeur. En outre, non seulement Bouddha enseigna de bonnes mœurs, et si l’on peut se fier à l’histoire, il (Bouddha) vivait ce qu’il prêchait. En somme, en harmonie avec son influence, il aurait pu être un homme riche, mais il mourut pauvre. Et si la norme de vie a quelque vertu, celle de Bouddha, si elle était vécue aurait élevé les Orientaux à un niveau supérieur à celui de beaucoup de prétendus Chrétiens d’aujourd’hui.

   Bouddha semble avoir été par conséquent un prédicateur de la Justice à son époque, car la norme qui régissait son comportement était pratiquement celle du Décalogue, la norme de la Bible. Où a-t-il obtenu une telle norme? Certainement pas du Diable. Nous pouvons donc nous poser la question, Dieu à l’époque de Bouddha s’intéressait-il uniquement aux Hébreux? Négligea-t-il totalement le reste du monde? Permit-il délibérément à un tiers des habitants de la terre d’être conduits par Bouddha, allant de mal en pis, ou réalisa t-il qu’ils passaient d’un stade mauvais à un meilleur?

   Nous ne pouvons donner qu’une réponse, honnêtement et avec sagesse: Dieu par l’entremise de Bouddha, fit pour les païens ce qu’il n’aurait pu accomplir par Moïse ou par l’un des prophètes Hébreux.

   Si l’on peut parler de façon comparative, Dieu, par le truchement de Bouddha, enleva les païens du puits dans lequel ils se trouvaient afin de les ramener à la surface, à l’instar de Moïse qui enleva les Hébreux du puits dans lequel ils se trouvaient. Il est certain que les Hébreux furent élevés plus près de Dieu que ne le furent les disciples de Bouddha, à cause dut fait que le puits dans lequel Bouddha trouva les païens était beaucoup plus profond que celui dans lequel Moïse trouva la nation Hébreu.

  Jamais Bouddha ne pensa qu’après sa mort, ses disciples l’auraient adoré comme un dieu– non, pas plus que les prophètes, les Apôtres et Marie mère de Jésus, ne pensèrent qu’ils seraient adorés après leur mort.

  Vous pouvez donc constater que, tandis que Bouddha dirigeait les pas de son peuple, ce dernier se rapprochait davantage des normes Bibliques et de l’idéal chrétien qu’ils ne l’étaient avant l’époque de Bouddha lui-même. Puisqu’il en est ainsi, Bouddha ne saurait être un imposteur.

  Aussitôt que Bouddha mourut, ses disciples se heurtèrent à un mur pour ainsi dire, et leur progression vers Dieu, la Bible et le Christianisme s’est arrêtée là où Bouddha s’était arrêté. Vraiment ils n’auraient pas été en mesure de progresser d’avantage car ils firent de la mort de Bouddha l’obstacle qui les empêcha de progresser vers la Vérité. Comment en sont-ils arrivés là?

  C’est un fait connu que lorsque les gens attribuent à quelqu’un un mérite qui est d’origine divine, il s’ensuit que leur espérance d’un autre aussi grand ou d’un plus grand à leur venir en aide disparaît à toujours. Ils ne croient pas que Dieu est vivant et qu’Il peut leur susciter un plus grand encore pour les conduire encore plus loin, mais ils croient qu’ils n’ont pas besoin d’un autre ou de plus de vérité. Par conséquent, comme ils n’attendent pas un autre, quand cet autre arrive, il est rejeté. C’est de cette manière que les Bouddhistes mirent un frein à leur progrès spirituel. Aussi, vous réalisez que lorsque la lumière, qui est en vous devient ténèbres « Combien grandes sont les ténèbres.» Mt. 6:23

  Portant un jugement basé sur les expériences du passé, la liberté d’une nation et la balle de l’assassin, cette année doit vraisemblablement donner naissance à un autre Dieu – Mohandus K.Gandhi. Vraisemblablement le Bouddha d’aujourd’hui. Oui, les millions d’Indiens ajoutent foi à Mr. Gandhi pour toute son amabilité et ses actes Divins.

  A l’instar de Bouddha, il fut un homme bon, ayant des principes élevés et une bonne moralité, les principes et la moralité de la Bible et de Jésus-Christ.

  Ceci nous conduit à répondre à une question très difficile: Puisque Gandhi vécut à l’époque Chrétienne, pourquoi ne devint-il pas chrétien? Peut-être qu’il l’aurait fait, mais je suppose qu’il considéra que devenir chrétien et se joindre à l’église chrétienne aurait plutôt abaissé ses principes de comportement au lieu de les élever.

  Le constatant, il lui sembla qu’une soit disant nation chrétienne faisait couler le sang de son peuple, qu’elle en abusait et les traitait en êtres humains inférieurs. En fait, lui-même ayant pris le parti du respect national et de la liberté nationale passa environ douze années en prison. C’est ce qui très vraisemblablement empêcha Mr. Gandhi de se joindre à l’église Chrétienne et au peuple Chrétien. Il ne se détourna certainement pas du Christianisme pour éviter les sacrifices ou pour se complaire dans quelques péchés.

  En outre la théorie de Gandhi prônant la liberté par la non violence, ni par l’épée ou les armes à feu réussit, et libéra plus de quatre cents millions de personnes qui furent les servantes des puissants pendant plus de deux cents ans. C’est ce qu’il accomplit alors que les Chrétiens s’entretuaient par milliers. Ce sont là quelques éléments qui très probablement ont empêché M. Gandhi de devenir un Chrétien.

  Considérons pendant quelques instants Mahomet, devant lequel se courbent  approximativement  quatre  cent  vingt  millions  de  personnes (420000.000).  Quel  genre  d’homme  était-il?  Etait-il  un   usurpateur (trompeur), ou un prédicateur de la Justice? - Considérons aussi le peuple à qui il enseignait. Il s’agissait des descendants de Lot et d’Abraham – des Moabites, des Esaüites et des Ismaélites, etc. … tous, les pires ennemis des Hébreux et de leur religion.

  Vu que Mahomet conduisit des millions d’Arabes plus près de la religion Hébreu – Chrétienne, que n’aurait pu le faire les prétendus Chrétiens, il n’est guère possible qu’il fut un trompeur. Il conduisit ses disciples par des principes moraux de vie plus élevés, à la modestie, à la propreté, à la régularité dans la prière et au régime Biblique que ne l’auraient fait les Chrétiens de son époque. Selon l’histoire, la théorie de la religion de Mahomet et en tant que Musulman telle qu’elle se présente aujourd’hui se définit comme suit:

  « La religion Musulmane, nom que l’on donne généralement dans les pays Chrétiens au credo établit par Mahomet. Ses disciples nomme son credo l’Islam, (l’entière soumission aux décrets de Dieu); leur formule de foi est « Il n’y a pas d’autre Dieu, sinon Allah, et Mahomet est son prophète ». Le dogme ou la partie doctrinale de la religion Musulmane embrasse les points suivants: 1°) Croire en Dieu qui n’a ni commencement ni fin, le seul Créateur et Seigneur de l’Univers, omnipotent, omniscient, glorieux et parfait. 2°) Croire en ses anges qui sont des êtres irréprochables, créés de lumière. 3°) Croire au bien et au mal Jinn (genii) créés à partir d’un feu sans fumée et qui sont sujets à la mort. 4°) Croire aux Saintes Ecritures qui constituent sa parole non créée, révélée aux prophètes. De celles qui existent aujourd’hui, mais sous une forme très corrompue, le Pentateuque, les Psaumes et les Evangiles; et dans un état non corrompu et incorruptible, le Coran qui abroge et surpasse toutes les révélations précédentes (voir le Coran); 5) Croire aux prophètes de Dieu et en ses Apôtres, dont les plus célèbres sont Adam, Noé, Abraham, Moïse, Jésus et Mahomet. Mahomet est le plus grand de tous, le dernier des prophètes et la plus excellente de toutes les créatures de Dieu. 6) Croire en une résurrection générale, et à un jugement final; et croire en des récompenses et des punitions futures et ce, de nature physique (matériel) principalement. 7) La croyance s’étendant même jusqu’au fatalisme, de la prescience absolue de Dieu et de la prédestination de tous les évènements, qu’ils soient bons ou mauvais. » Twentieth Century Cyclopedia, p. 507.

  Vu que Mahomet rapprocha davantage son peuple de la religion de la Bible, qu’il ne l’avait été autrefois, peut-on vraiment le taxer de trompeur? S’il en est ainsi, dites-moi en quoi il les trompa?
 

  Puisque Mahomet était si près de croire en la religion Chrétienne, nous pouvons nous demander pourquoi il devint pas Chrétien. Considérons les possibilités qui l’en auraient empêché:
 

  Mahomet vécu au dix-septième siècle de l’ère chrétienne, au milieu du Moyen Age de la religion, alors que l’église Chrétienne se trouvait au plus profond du culte des idoles, de la corruption et de l’immoralité, des pratiques prohibées par les Ecritures. Si rien d’autre n’aurait pu l’empêcher de se joindre à l’église Chrétienne, alors le culte des idoles ainsi que l’usage répandu de la viande de porc, pratique allant à l’encontre de toute religion Biblique, étaient suffisants pour l’en détourner.
 

  Je crois que Mahomet fit de son mieux, prenant en considération le fait que la prétendue église Chrétienne se trouvait à un niveau très bas, et que ses moeurs ainsi que son comportement étaient plus élevés que ceux des païens Christianisés. Face à ces éléments, qui peut dire que Mahomet était un homme mauvais, un trompeur?

  Cherchons-nous toujours à savoir pourquoi Dieu a permis à Mahomet d’enseigner sa religion à des millions d’habitants sur la terre? Allons-nous donc toujours nous étonner de ce qu’il ne soit pas devenu un Chrétien? – S’il en est ainsi, voici une deuxième réponse. Si Dieu le lui permit, c’est parce qu’il rendait les gens meilleurs que ce qu’ils étaient et parce que la religion Musulmane rapprochait davantage les gens de la religion de la Bible que ne le faisait la Chrétienneté paganisée. Mais, pourquoi les Musulmans sont-ils encore Musulmans? Ils le sont pour la même raison que les Bouddhistes sont encore Bouddhistes, c’est – à dire qu’après la mort de Mahomet, ils agirent à l’instar des Bouddhistes: Concernant les progrès de la religion, les Musulmans s’arrêtèrent là où Mahomet s’arrêta: à sa tombe. Ils s’y arrêtèrent afin de s’assurer que leurs disciples ne se joindraient jamais à une autre secte. Ils enseignaient aux gens qu’il ne devrait pas y avoir d’autres prophètes, que Mahomet était le dernier, qu’ils n’avaient pas besoin d’un autre, qu’ils avaient toute la vérité susceptible de les conduire jusqu’au portes de perle. Aussi, cette religion Musulmane corrompue instilla cette fausse idée dans les esprits du commun peuple, et cette religion Musulmane plus corrompue de nos jours, à l’instar de toutes les autres sectes y inclus l’Adventisme corrompu, poursuit cette même pratique. C’est aussi qu’aucune secte en tant que tel, mais seulement les individus, n’a jamais accepté un message additionnel et c’est là le pourquoi de ce monde aux sectes multiples.
 

  Aussi lorsque l’on se pose la question, à savoir pourquoi les Musul- mans et les Bouddhistes le sont encore, - pourquoi n’ont-ils pas progressé depuis la mort de Mahomet et de Bouddha, c’est comme poser la question: pourquoi les Catholiques ne sont pas devenus des Luthériens, les Luthériens des Presbytériens, les Presbytériens des Méthodistes, et les Méthodistes des Baptistes et les Baptistes des Adventistes du Septième Jour et pourquoi les Adventistes du Septième Jour ne son-ils pas devenus des Adventistes Davidiens du Septième Jour? Pour toute réponse, toutes les dénominations qui se sont succédées n’ont pas marché avec la Vérité qui progressait à cause du fait qu’aucune ne s’est élevée plus haut que là où leurs fondateurs respectifs de leur vivant auraient pu les conduire.

  Jamais les Juifs ne s’élevèrent au-dessus du niveau où Moïse les avaient conduits. Lorsque Moïse mourut, eux aussi pour ainsi dire moururent avec lui en ce qui concerne le progrès spirituel. C’est de cette façon qu’ils rejetèrent et tuèrent les prophètes postérieurs à Moïse, n’épargnant pas le Fils de Dieu.
 

  Le même esprit prévalut au sein de l’église Chrétienne. Jamais elle ne s’éleva au dessus du niveau où les Apôtres l’avaient laissée, et pendant un certain temps elle tomba presque au fond de l’abîme. Et elle se serait effondrée si Dieu n’avait visité son peuple en la personne de Luther, de Knox, de Campbell, et les autres réformateurs par lesquels Dieu éclaira certaines portions des Vérités Bibliques, qui avaient été longtemps foulées au pied. Mais l’église Chrétienne dans son entier, a-t-elle vu cette lumière? Est-ce que tous y marchèrent? Non, pas du tout, non pas en tant que peuple, mais seulement quelques individus. C’est ce qui explique le monde avec une multiplicité de sectes; c’est à dire tout comme il s’avérait nécessaire pour Christ d’organiser à son époque une nouvelle église, l’église Chrétienne, séparée de l’église mère, Juive, de même les réformateurs se trouvèrent rejetés des églises mères et furent inévitablement contraints d’organiser les disciples de la Vérité qui progressait en une dénomination nouvelle, et ce les uns après les autres.
 

  A la lumière de cela vous remarquez que l’esprit qui fit que les Juifs, les Bouddhistes, les Musulmans, les Catholiques, les Luthériens, les Méthodistes, les Presbytériens, les Baptistes soient encorece qu’ils sont– ce même esprit est à l’oeuvre aujourd’hui au sein même de notre dénomination, les Adventistes du Septième Jour, qui croient avec présomption qu’ils sont riches, qu’ils se sont enrichis et qu’ils n’ont besoin de rien. Eux, notamment pensent que leur fondateur décédé était le dernier des prophètes en ligne, que nul n’est besoin d’un autre. Ils se sentent rassurés de ce que la lumière et l’énergie contenues dans leur bateau sont suffisantes pour les conduire sur le rivage du Royaume, quoiqu’ils sachent pertinemment que leur message, le message du Jugement des Morts n’est pas le dernier, mais celui du Jugement des Vivants, celui qui n’est pas encore en leur possession. Cet esprit de régression au lieu de progression, d’une croissance spirituelle opposée, qui en même temps nourrit un esprit de tiédeur, travaille avec succès avec beaucoup, en dépit du fait que les prophéties Bibliques qui se réfèrent à notre époque sont encore pour eux des mystères. Ils ne se soucient pas de les connaître.

  Cependant il y a une grande oeuvre à accomplir pour, non seulement toutes les nations, tribus, langues et peuples, mais notamment envers l’Eglise elle-même, s’il y en a qui doivent être sauvés du danger à venir. Selon la prophétie de Jérémie, la Chrétienté corrompue n’est autre chose, sinon une forme de Shintoïsme:
 

  Jé. 10:1-5 - « Ecoutez la parole que l’Eternel vous adresse, Maison d’Israël! Ainsi parle l’Eternel: N’imitez pas la voie des nations, et ne craignez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent. Car les coutumes des peuples ne sont que vanité, on coupe le bois dans la forêt; la main de l’ouvrier le travaille avec la hache; on l’em- bellit avec de l’argent et de l’or, on le fixe avec des clous et des marteaux, pour qu’il ne branle pas. Ces dieux sont comme une colonne massive, et ils ne parlent pointa; on les porte, parce qu’ils ne peuvent marcher. Ne les craignez pas, car ils ne sauraient faire aucun mal, et ils sont incapables de faire du bien. »

 L’arbre de Noël, largement utilisé le 25 Décembre -- un arbre coupé de sa source de vie et retenu par des clous --, ne symbolise pas une naissance, mais plutôt une mort et un effort vain pour le faire vivre. Pour les païens, couper un arbre symbolise la mort de leur chef, et en le dressant il symbolise la vie quoique la personne soit morte. Le fait que cet arbre de Noël fallacieux soit largement célébré non seulement par les Chrétiens mais aussi par les non Chrétiens, démontre que le monde par cet acte, adore les morts, ce qui constitue une forme de Shintoïsme. Adorer les prophètes qui sont morts et tuer ceux qui sont vivants, constitue un effort brutal visant à bloquer le progrès de la vérité, de se tromper soi-même et les autres.
 

  En fin de compte, s’il ne s’en était pas trouvé quelques-uns bien éveillés à travers les âges, qui n’avaient pas osé se charger de leur croix et de suivre Dieu par le biais de ses prophètes afin d’être conduits d’un sommet de la vérité à un autre, le monde n’aurait pas duré aussi longtemps.
 

  Il n’y a pas de doute, l’église, de la Création jusqu’à nos jours a été dirigée et gardée par les prophètes, et elle ne saurait suivre aucune autre voie.

Précédent
2ST25
Ce Que Produit Lʼecole De Dieu Et Ce Que Produit Lʼecole Des Hommes
Prochain
2ST27
Chroniquement Malade Par Trop De Connaissance Et Par Peu De Comprehension