Davidian Today C'est le site officiel de AGADSJ

Langues

Social

Global search
Use these syntaxes below to make advanced search
Sentence search: "Ancient David also was a young boy"
AndX search: King David
OrX search: King | David
NotX search: King ! David
Book search
Use these syntaxes below to make advanced search witin books
Reference search: 1tg2: or 1tg2:18 or 1tg2:18.3
Sentence search within book: 1tg2::"Ancient David also was a young boy"
Sentence search within book categories (tracts): tr::"The Jews before Christ’s day"
AndX search within book: 1tg2::King David
OrX search within book: 1tg2::King | David
NotX search within book: 1tg2::King ! David

Où Commencent Et S'achevent Les Trompettes

La Seule Paix De L'esprit

MEDITATION


La Véritable Sainteté est une Consécration Totale au Service

 

  Je lirai dans Les Paraboles de Jésus, page 34, commençant par le deuxième paragraphe:

  « Beaucoup de gens ont le sentiment de vivre loin de Dieu, d’être esclaves de leurs péchés et de leur égoïsme. Ils s’efforcent de se réformer mais ils ne crucifient pas le moi; ils ne s’abandonnent pas entièrement entre les mains de leur Sauveur pour recevoir de lui la force de faire sa volonté; ils ne désirent pas que leur vie soit modelée sur la sienne. D’une façon générale, ils reconnaissent leurs imperfections, mais ne renoncent pas à leurs mauvaises habitudes.... Le seul espoir pour ces âmes est d’expérimenter dans leur vie la vérité renfermée dans les paroles du Christ à Nicodème: “Il faut que vous naissiez de nouveau.” “A moins de naître d’en haut, nul ne peut voir le royaume de Dieu.” La véritable sainteté est une consécration totale au service de Dieu; sans une telle consécration, il ne saurait y avoir de vie chrétienne véritable. Le Christ exige de nous une consécration sans réserve. Il réclame notre cœur, notre esprit, notre âme, nos forces à son service. Celui qui ne vit que pour lui-même n’est pas chrétien. »

  Ici il nous est demandé de nous rapprocher du Christ et de nous séparer du moi, et avant que nous puissions “naître de nouveau” nous devons premièrement mourir au péché. Prions pour que nous puissions nous rendre compte que si nous sentons que nous sommes séparés de Dieu que la faute est nôtre, et que nous devons faire quelque chose afin de remédier à la situation; afin d’accepter l’aimable invitation du Christ: « Venez à moi, vous tous qui êtes... chargés, et je vous donnerai du repos » - à savoir la paix.  

 

Copyright, Réimprimé en 1953
Tous Droits Réservés
A V.T. Houteff

 

OÙ COMMENCENT ET S’ACHEVENT LES SCEAUX ET LES TROMPETTES

 

DISCOURS DE V.T. HOUTEFF
MINISTRE DES ADVENTISTES DU SEPTIEME JOUR D.
SABBAT 1er  NOVEMBRE 1947
CHAPELLE DU MONT CARMEL
WACO, TEXAS

 

  Cet après-midi, nous découvrirons où commencent et s’achèvent les Sceaux et les Trompettes. Lisons premièrement la description des cinq premiers sceaux:

  Apo. 6:1-11 – « Je regardai, quand l’agneau ouvrit un des sept sceaux, et j’entendis l’une des quatre bêtes qui disait d’une voix de tonnerre: Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc; une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre. Quand il ouvrit le second sceau, j’entendis la seconde bête qui disait: Viens. Et il sortit un autre cheval, roux. Celui qui le montait reçut le pouvoir d’enlever la paix de la terre, afin que les hommes s’égorgeassent les uns les autres; et une grande épée lui fut donnée. Quand il ouvrit le troisième sceau, j’entendis la troisième bête qui disait: Viens. Et voici, parut un cheval noir. Celui qui le montait tenait une balance dans sa main. Et j’entendis au milieu des quatre bêtes une voix qui disait une mesure de blé pour un denier et trois mesures d’orge pour un denier, mais ne fais point de mal à l’huile et au vin. Quand il ouvrit le quatrième sceau j’entendis la voix de la  quatrième bête qui disait Viens Je regardai, et voici, parut un cheval d’une couleur pâle Celui qui le montait se nommait la mort et le séjour des morts l’accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur un quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre. Quand il ouvrit le cinquième seau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été immolés à cause de la parole de Dieu et à cause du témoignage qu’ils avaient rendu. Ils crièrent d’une voix forte en disant Jusques à quand, Maître saint et véritable, tardes-tu à juger, et à tirer vengeance de notre sang sur les habitants de la terre? Une robe blanche fut donnée à chacun d’eux et il leur fut dit de se tenir en repos quelque temps encore jusqu’à ce que fût complet le nombre de leurs compagnons de service et de leurs frères qui devaient être mis à mort comme eux. » (Version King James).

 

   Afin de découvrir où commencent les Sceaux, nous noterons avec soin que l’Histoire ne mentionne qu’une période de martyre telle que celle décrite dans le quatrième et le cinquième sceaux - la période de martyre qui commença avec Jean-Baptiste et qui continua, avec une petite interruption, jusqu’aux environs de la moitié du dix-huitième siècle.

   Il est alors évident que le quatrième sceau commença par la fermeture de la période de l’Ancien Testament et l’ouverture du Nouveau. Puisqu’il en est ainsi, et puisque les Sceaux se suivent, les trois premiers sceaux trouvent leur accomplissement non pas dans la période du Nouveau Testament, mais dans la période de l’Ancien Testament.

   Voyons maintenant quand commença le second sceau. Il est rapporté que le cavalier du second sceau devait «enlever la paix de la terre, » ce qui implique que la paix existait autrefois. Par conséquent, pour connaître donc l’époque où se situe le second sceau, nous devons répondre à la question: Quand la paix fut-elle enlevée de la terre?

   Nous savons tous qu’avant le déluge les guerres n’existaient pas, que les guerres ne commencèrent qu’après la confusion des langues à la Tour de Babel, après que la famille humaine eût été divisée en de nombreuses langues, nations et races. La première guerre mentionnée dans l’histoire sacrée eut lieu aux jours d’Abraham; dès lors, les guerres ont été notre lot. Avant cette époque, la paix régnait. Où pourrait donc se situer le second sceau si ce n’est qu’après le déluge, l’époque où la paix fut enlevée de la terre? Finalement nous devons rechercher l’histoire du premier sceau dans la période précédant le déluge. La couleur (blanc) du cheval elle même parle de paix, et ainsi donc il est évident que les sceaux commencent avec la création. 

  Que pourraient symboliser les chevaux montés par les hommes? Ils ne peuvent symboliser que quelque chose dominée par l’homme, car un cavalier a toujours la domination sur sa monture. Par conséquent, le cavalier doit symboliser la domination de l’homme sur la création de Dieu.

  La couleur des chevaux et la profession de leurs cavaliers montrent un progrès en avidité et en crime. A partir du symbole il est évident que le règne de l’homme sur le monde n’a pas conduit au progrès.

  Le cheval blanc est un symbole de la paix et de la pureté qui existèrent uniquement au commencement de la création de Dieu. Le grand but de l’homme qui est d’assujettir et de remplir la terre, se voit par le cavalier chevauchant le cheval blanc. Et par le cheval rouge et son cavalier, nous voyons effusion de sang et guerres. Cette brutalité ouvre la voie pour que le cheval noir entre en scène. La couleur noire est un symbole de l’esclavage des nations, et les balances expriment l’invention des plans commerciaux visant à l’enrichissement. Le quatrième cheval, à savoir le pâle, décrit un système au caractère indéfinissable, où il est difficile de distinguer le Chrétien du Païen, un système d’hypocrisie. Le cinquième sceau montre que la persécution des saints continua jusqu’à l’ouverture du sixième sceau. Ceux-ci ne sont-ils pas les grandes lignes de l’histoire? Par conséquent, les Sceaux ont pour point de départ le commencement de ces choses.

  Apo. 6:12-17 – « Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau, et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre comme lorsqu’un figuier secoué par un vent violent jette ses figues vertes. Le ciel se retira comme un livre qu’on roule; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places. Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers Tombez sur nous, et ca- chez- nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l’Agneau, car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister? »

  Le sixième sceau contient les signes des temps et nous conduit à la fin du monde. Et puisque le sixième chapitre de l’Apocalypse nous conduit à la fin du monde et puisque les choses contenues dans le septième chapitre ont lieu avant la fin, il est évident que le sujet du chapitre sept, - à savoir le scellement des 144000 des tribus d’Israël et le rassemblement de la grande foule de toutes les nations (les premiers fruits provenant de l’Église, et les seconds fruits provenant des nations) - expire à l’époque du sixième sceau. De plus, le septième sceau commence au chapitre 8.

  Maintenant où commence le septième sceau? Souvenons-nous premièrement que le sixième sceau nous conduit à la fin du monde. Il est alors évident que le septième sceau qui couvre un nombre de sujets, doit chevaucher le sixième. Remarquons que le commencement du septième sceau révéla les Sept Trompettes.