Davidian Today C'est le site officiel de AGADSJ

Langues

Social

Global search
Use these syntaxes below to make advanced search
Sentence search: "Ancient David also was a young boy"
AndX search: King David
OrX search: King | David
NotX search: King ! David
Book search
Use these syntaxes below to make advanced search witin books
Reference search: 1tg2: or 1tg2:18 or 1tg2:18.3
Sentence search within book: 1tg2::"Ancient David also was a young boy"
Sentence search within book categories (tracts): tr::"The Jews before Christ’s day"
AndX search within book: 1tg2::King David
OrX search within book: 1tg2::King | David
NotX search within book: 1tg2::King ! David

La Vie Nʼest Que Ce Quʼon En Fait

La Seule Paix De L'esprit

MEDITATION

Révélez Dieu ; Ne Le Dissimulez Pas.

 

  Je lirai dans le livre Les Parabole de Jésus, en commençant à la page 11.

  P.J. p. 11 : « En empruntant Ses instructions à la nature, le Christ se servait de choses qu’Il avait Lui-même créées et auxquelles Il avait communiqué Ses qualités et Sa puissance. Dans sa perfection initiale, toute la création était l'expression de la pensée de Dieu. ... celle-ci perdit sa beauté et fut souillée par le péché. ... Les leçons de choses offertes par le Seigneur ne sont pas entièrement supprimées, car la nature parle de son Auteur à celui qui s’applique à comprendre son langage. Au temps du Christ, on avait perdu de vu cet enseignement.... Le péché avait voilé les merveilles de la création ; les œuvres de Dieu étaient devenues l’obstacle qui dérobait Celui-ci aux yeux des hommes au lieu de Le révéler. ... Ainsi, en Israël, l'enseignement humain avait pris la place de l'enseignement révélé. Non seulement les choses de la nature, mais tout ce qui avait été donné aux hommes pour leur faire connaître Dieu - le service sacrificiel et les Ecritures Elles-mêmes – le service du culte et les Ecritures elles-mêmes - avaient été pervertis au point d’en voiler Sa face. »

  Je me demande si le monde d'aujourd'hui n'est pas à peu près dans les mêmes conditions qu'à l'époque du Christ. Il fut donné aux Juifs une grande opportunité pour révéler Dieu à l'humanité, mais, ils Le dissimulèrent plutôt. Les chrétiens qui se querellent et se chamaillent, qui introduisent des doctrines d'homme dans les doctrines de Dieu ne sont pas en train de révéler Dieu aux païens mais Le dissimule, les détournant de Lui. De tels chrétiens ne convertissent pas les âmes à Christ, mais les éloignent du Christ. Nous devons prier afin de faire mieux ; afin de ne pas Le dissimuler, mais de Le révéler dans toutes nos œuvres et dans notre vie.

 

LA VIE N'EST QUE CE QU'ON EN FAIT

 

DISCOURS DE V.T. HOUTEFF,
MINISTRE DES ADVENTISTES DU 7ème JOUR DAVIDIENS
SABBAT 19 JUILLET 1947
CHAPELLE DU MONT CARMEL
WACO, TEXAS

  En vue de découvrir que la vie est réellement ce qu'on en fait, je porterai à votre attention sept exemples, commençant par l'époque de Noé et terminant par notre époque :

  Exemple n° 1 : L'ordre fut donné à Noé de construire une arche et d'avertir le monde qu'un déluge allait recouvrir la terre et que seuls ceux qui entreraient dans l'arche auraient la vie sauve. Cent vingt ans après on vit étrangement les animaux entrer dans l'arche deux à deux ! Noé et sa famille entrèrent également, alors que, le reste du monde riait et les ridiculisait. Mais quand la pluie commença à tomber, la situation cessa d'être « amusante. » Ceux qui étaient à l'extérieur de l'arche criaient, gémissaient, suppliaient. Mais, tous périrent comme des insensés simplement parce qu'ils avaient manqué de prêter attention à la Vérité présente, ils ont négligé de se nourrir de la « nourriture solide au temps convenable. » Quelle folie ! Quel désastre !

  On pouvait penser qu'après le déluge le monde aurait eu un grand respect pour la religion et pour les prophètes de Dieu. Mais, ce ne fut pas le cas. Les antédiluviens ne crurent pas à la prédication de Noé, à savoir, qu'il y aurait un déluge, aussi, ils refusèrent d'entrer dans l'arche ! Mais, le déluge vint et ils périrent. Les postdiluviens ne crurent pas en sa prédication qu'il n'y aurait pas un autre déluge, aussi, ils se mirent à construire la tour de Babel ! Mais quand Dieu vit la tour monter en flèche, il en foudroya le sommet et confondit le langage des constructeurs, c'est à dire, qu'Il effaça de leur esprit leur propre langue et grava en eux les langues d'aujourd'hui. Ainsi, il provoqua la naissance des différentes races et langues que nous trouvons aujourd'hui, même dans les parties les plus reculées de la terre.

  Le plan de Dieu n'était pas que les gens s'entassent dans les plaines de Shinear, mais qu'ils se répandent et remplissent la terre. Et ainsi quand ils refusèrent d'obéir à Son ordre, Il leur donna ce qu'Il avait de mieux pour eux et ils durent obéir.

  Vous voyez, l'œuvre de l'homme qui est indépendante et contraire à l'œuvre de Dieu tourne au désastre à coup sûr. Une maison bâtie sur le sable ne peut résister à la tempête, et il est impossible à un homme de déjouer le plan que Dieu a pour les hommes. Ne vous couvrez pas de ridicule en essayant d'agir ainsi.

  On met des années pour apprendre une langue dans les écoles des hommes, mais dans l'école de Dieu cela ne prend qu’un moment. Il peut effacer une langue dans le cerveau de l'homme et en graver une autre et au même moment changer les traits de son visage et la couleur de sa peau. Oui, Dieu peut faire tout ceci plus rapidement qu'un dentiste peut extraire une dent. Mais, qu'il y ait un changement pour le meilleur ou pour le pire, tout dépend de l'individu.

  Exemple n° 2 : Nébucadnetsar eut une vision. Troublé, il fit venir les hommes sages de son royaume, afin de lui en donner l'interprétation. Ils vinrent, mais ne purent rien faire. Finalement, Daniel fut amené devant le roi. Après avoir entendu l'histoire du songe du roi Daniel dit :

  Dan. 4 : 24-26, 28 – « Voici l'interprétation, O roi, voici le décret du Très Haut, qui s'accomplira sur mon Seigneur le roi. On te chassera du milieu des hommes, tu auras ta demeure avec les bêtes des champs, et l'on te donnera comme aux bœufs de l'herbe à manger ; tu seras trempé de la rosée du ciel, et sept ans passeront sur toi, jusqu'à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le règne des hommes et qu'il le donne à qui lui plait, L'ordre de laisser le tronc où se trouvent les racines de l'arbre signifie que ton royaume te restera quand tu reconnaîtras que celui qui domine est dans les cieux. … se sont accomplies sur le roi Nébucadnetsar. »

  Le roi entendit l'interprétation de la vision et il comprit le décret. Toutefois, il n'était pas disposé à admettre qu'il y avait Un plus grand que lui. Alors, il arriva que :

  Versets 29, 30 - « Au bout de douze mois, comme il se promenait dans le palais royal à Babylone, le roi prit la parole et dit : N'est-ce pas ici Babylone la grande que j'ai bâtie, comme résidence royale, par la puissance de ma force et pour la gloire de ma magnificence ? »

  Quelle déclaration après avoir entendu le décret de Dieu ! Le roi devait encore apprendre que Dieu gouverne les nations, établit et détrône les rois. Ecoutons maintenant la réponse de Dieu à la folie du roi :

  Dan. 4 : 31 - 33 - « La parole était encore dans la bouche du roi, qu'une voix descendit du ciel : Apprends, roi Nébucadnetsar qu'on va t’enlever le royaume. On te chassera du milieu des hommes, tu auras ta demeure avec les bêtes des champs, on te donnera comme aux bœufs de l'herbe à manger, et sept ans passeront sur toi, jusqu'à ce que tu saches que le Très-Haut domine sur le règne des hommes et qu'Il le donne à qui il lui plait. Au même instant la parole s'accomplit sur Nébucadnetsar. Il fut chassé du milieu des hommes, il mangea de l'herbe comme les bœufs, son corps fut trempé de la rosée du ciel ; jusqu'à ce que ses cheveux crussent comme les plumes des aigles, et ses ongles comme ceux des oiseaux. »

  Même aujourd'hui, certains ne réalisent pas que Dieu gouverne, que les hommes ne sont pas indépendants de Dieu bien qu'il leur ait permis de choisir ou non de servir Dieu. Ce n'était pas nécessaire que le roi des Chaldéens vive avec les bêtes des champs, mais comme il ne pouvait pas apprendre cette leçon par les mots, à la manière douce, il fut enlevé de son palais et placé dans un corral pour y apprendre par expérience, à la manière forte. A la fin des sept années, après avoir obtenu son diplôme, pour ainsi dire, dans l'école de Dieu, à la dure, le roi retourna dans son palais, et dit :

  Dan. 4 : 34 - 37 - « Après le temps marqué, moi, Nébucadnetsar je levai les yeux vers le ciel, et la raison me revint. J'ai béni le Très-Haut, j'ai loué et glorifié celui qui vit éternellement, celui dont la domination est une domination éternelle et dont le règne subsiste de génération en génération. Tous les habitants de la terre ne sont à ses yeux que néant. Il agit comme il Lui plait avec l'armée des cieux et avec les habitants de la terre, et il n'y a personne qui résiste à sa main et qui lui dise : Que fais-tu ? En ce temps, la raison me revint ; la gloire de mon royaume, ma magnificence et ma splendeur me fut rendues ; mes conseillers et mes grands me redemandèrent ; je fus rétabli dans mon royaume, et ma puissance ne fit que s'accroître. Maintenant, moi, Nébucadnetsar, je loue, j'exalte et je glorifie le roi des cieux, dont toutes les œuvres sont vraies et les voies justes et qui peut abaisser ceux qui marchent avec orgueil. »

  A cause de l'orgueil et de sa déloyauté envers Dieu, Nébucadnetsar rendit sa vie misérable, mais il se réveilla à la fin.

  Exemple n° 3 : Le royaume de Nébucadnetsar se prolongea jusqu'au règne de son petit-fils, Belschatsar. Belschatsar connaissait l'histoire de son grand-père et son expérience avec Dieu, mais il n'en su pas tirer profit. Il fit une grande fête pour mille de ses seigneurs et ordonna que les vases que Nébucadnetsar avait pris dans le temple à Jérusalem fussent emmenés à la fête, afin que le roi lui-même, ses princes, ses femmes et ses concubines boivent dedans. Aussitôt que les festivités eurent lieu, cinq doigts d'une main d'homme vinrent écrire contre le chandelier sur le mur de plâtre du palais du roi. Belschatsar fut grandement troublé et son visage changea et ses seigneurs furent étonnés. Alors, Daniel fut amené devant le roi. Et Daniel déclara énergiquement :

  Dan. 5 : 18 - 31 – « 0 roi, le Dieu suprême avait donné à Nébucadnetsar, ton père l'empire, la grandeur, la gloire et la magnificence ; et à cause de la grandeur qu'il lui avait donné, tous les peuples, les nations, les hommes de toutes langues étaient dans la crainte et tremblaient devant lui. Le roi faisait mourir ceux qu'il voulait et il laissait la vie à ceux qu'il voulait ; il élevait ceux qu'il voulait et il abaissait ceux qu'il voulait. Mais lorsque son cœur s'éleva et que son esprit s'endurcit jusqu'à l'arrogance, il fut chassé du milieu des enfants des hommes, son cœur devint semblable à celui des bêtes et sa demeure fut avec les ânes sauvages ; on lui donna comme aux bœufs de l'herbe à manger et son corps fut trempé de la rosée du ciel, jusqu'à ce qu'il reconnut que le Dieu suprême domine sur le règne des hommes et qu'Il le donne à qui il lui plait. Et toi Belschatsar son fils tu n'as pas humilié ton cœur quoique tu susses toutes ces choses. Tu t'es élevé contre le Seigneur des cieux, les vases de sa maison ont été apportés devant toi, et vous vous en êtes servis pour boire du vin, toi et tes grands, tes femmes et tes concubines ; tu as loué les dieux d'argent d'or, d'airain, de fer, de bois et de pierre qui ne voient point, qui n'entendent point et qui ne savent rien, et tu n'as pas glorifié le Dieu qui a dans sa main ton souffle et toutes tes voies. C'est pourquoi il a envoyé cette extrémité de main qui trace cette écriture. Voici l'écriture qui a été tracée : Compté, compté, pesé et divisé. Et voici l'explication de ces mots. Compté : Dieu a compté ton règne et y a mis fin. Pesé : Tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé léger. Divisé : Ton royaume sera divisé et donné aux Mèdes et aux Perses. Aussitôt, Belschatsar donna des ordres et l'on revêtit Daniel de pourpre, on lui mit au cou un collier d'or et on publia qu'il aurait la troisième place dans le gouvernement du royaume. Cette même nuit, Belschatsar roi des Chaldéens fut tué. Et Darius, le Mèdes s'empara du royaume étant âgé de soixante deux ans. » 

  Quelle différence cela aurait fait dans le manuscrit d'histoire, si Belschatsar avait tiré profit de la  leçon inestimable que son grand-père avait apprise. Oui, quelle différence cela aurait fait ! C'est une leçon nécessaire à nous tous, sans exception, rois comme paysans. 

  Exemple n° 4 : L'empire Chaldéens devint un empire Médo Perse, non parce que les Mèdes et les Perses étaient plus forts et plus puissants, mais parce que Dieu l'avait décrété ainsi. Lisons : 

  Esa. 45 : 1 - « Ainsi parle l'Éternel à son oint, à Cyrus, qu'il tient par la main, pour terrasser les nations devant lui, et pour relâcher la ceinture des rois, pour lui ouvrir les portes, afin qu'elles ne soient plus fermées. »

  Cyrus, sous les ordres duquel l'armée Médo Perse marcha sur Babylone, n'était pas encore né quand le prophète Esaïe écrivit à son sujet. Mais, Dieu se souvint de Sa promesse et quand Belschatsar se sentit en parfaite sécurité dans la nuit des festivités et de la débauche fatales, Dieu ouvrit devant Cyrus les portes à deux panneaux et rendit possible la prise du royaume. Là, les Mèdes et les Perse rencontrèrent Daniel et ses compagnons qui attirèrent l'attention de Cyrus sur les Ecritures, qui non seulement prédisaient sa victoire, mais annonçait même à l'avance son nom. Ayant vu et sentit la puissance de Dieu, Cyrus fit sortir un décret :

  Esdras 1 : 2-11 - « Ainsi parle Cyrus, roi des Perses : l'Eternel, de dieu des cieux m'a donné tous les royaumes de la terre et Il m'a commandé de Lui bâtir une maison à Jérusalem en Juda. Qui d'entre vous est de Son peuple ? Que son Dieu soit avec lui et qu'il monte à Jérusalem en Juda et bâtisse la maison de l'Eternel, le Dieu d'Israël ! C'est le Dieu qui est à Jérusalem. Dans tous lieux où séjournent des restes du peuple de l'Eternel, les gens du lieu leur donneront de l'argent, de l'or, des effets, et du bétail, avec des offrandes volontaires pour la maison du Dieu qui est à Jérusalem. Les chefs de famille de Juda et de Benjamin, les sacrificateurs et les Lévites, tous ceux dont Dieu réveilla l'esprit, se levèrent pour aller bâtir la maison de l'Eternel à Jérusalem. Tous leurs alentours leur donnèrent des objets d'argents, de l'or, des effets, du bétail, et des choses précieuses, outre toutes les offrandes volontaires. Le roi Cyrus rendit les ustensiles de la maison de l'Eternel que Nébucadnetsar avait emportés de Jérusalem et placés dans la maison de son dieu. Cyrus, roi de Perse, les fit sortir par Mithredath le trésorier, qui les remit à Scheschbatsar, prince de Juda. En voici le nombre : trente bassins d'or, mille bassins d'argent, vingt neuf couteaux, trente coupes d'or, quatre cent dix coupes d'argent de second ordre, mille autres ustensiles. Tous les objets d'or et d'argent étaient au nombre de cinq mille quatre cents. Scheschbatsar emporta le tout de Babylone à Jérusalem, au retour de la captivité. »

  Il n'est pas difficile de voir que si les gouverneurs de l'empire Médo Perse avaient continué à gouverner dans le même esprit que Cyrus, le royaume aurait subsisté jusqu'à ce jour. Cependant, ce royaume fit place au royaume de Grèce ; Grèce à Rome ; et Rome aux nations d'aujourd'hui. On voit assez clairement que les royaumes d'aujourd'hui subsistent encore, parce que Dieu en a résolu ainsi.

  Devenant de plus en plus indépendants de Dieu, ces royaumes tôt ou tard parviendront également à leur fin, car regardant le cours des âges jusqu'aux royaumes d'aujourd'hui qui sont dépeints par les pieds et les orteils de la grande statue, l'Esprit de Vérité écrivit : « Et comme tu as vu les pieds et les orteils en partie d'argile de potier et en partie de fer, ce royaume sera divisé, mais il y aura en lui quelque chose de la force du fer, parce que tu as vu le fer mêlé avec l'argile. Et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie .d’argile, tu as vu le fer mêlé avec l'argile, parce qu'ils se mêleront par des alliances humaines, mais ils ne seront pas unis l'un à l'autre, de même que le fer ne s’allie point avec l'argile. Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit et qui ne passera point sous la domination d'un autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. C'est ce qu'indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne sans le secours d'aucune main, et qui a brisé le fer, l'airain, l'argile, l'argent et l'or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit arriver après cela. Le songe est véritable et son interprétation est certaine. » Dan. 2 : 41-45. Au lieu de fusionner avec le Royaume de Dieu, ces royaumes seront détruits. 

  Exemple n° 5 : Maintenant, voyons quels avantages les royaumes et les nations retirèrent en entrant en contact avec l'église. Babylone, Médo Perse, Grèce et Rome qui entrèrent en contact avec l'église constituent le monde civilisé d'aujourd'hui.

  Considérez les nations et les peuples (les païens quelque part dans les endroits isolés de la terre) qui n'eurent pas la chance de rencontrer l'église dès le début comme les autres nations.

  Considérez, plus loin, ceux qui sont encore plus isolés dans les parties les plus reculées de la terre et qui n'ont eu de contact avec l'église que récemment. La plupart d'entre eux ne sont que peu meilleur aux animaux, non seulement en intelligence, mais, même en progrès.

  Les peuples qui furent assez privilégiés pour être en relation étroite avec la religion du Christ, vous remarquerez, sont les plus intelligents, les plus prospères. L'Angleterre, par exemple qui traduisit la Bible, La publia et La répandit à travers le monde à tous les peuples et toutes les langues, devînt la plus grande nation de son temps. Puis, les Etats-Unis (une nation sœur de l'Empire Anglais) qui, il y a moins de deux siècles fonda son gouvernement sur les principes de la Bible et inscrivit sur leur dollar, NOUS AVONS CONFIANCE EN DIEU, et qui établit également les Sociétés Américaines Bibliques et qui comparativement en peu d'années devint la plus grande des nations, comme firent les Hébreux à leur époque.

  D'un autre côté, ceux qui se détournèrent de la religion de la Bible furent abandonnés - leurs bénédictions devinrent pour eux une malédiction. Les Juifs haïs, pour lesquels il n'y a pas de lieu sur la terre sont les meilleurs exemples. L'Allemagne qui introduisit la Réforme, mais s'en détourna, moissonna également une triste récolte.

  Et ce qui est vrai pour les nations, est évidemment tout aussi vrai pour les individus, les foyers, les familles et les communautés.

  Si vous prenez un peu de temps pour observer, vous verrez cette loi de bénédiction et de malédiction se manifester partout sans exception.

  Le monde fut fondé sur la religion et vous pouvez vous assurer que quand la religion disparaîtra de la terre, le monde disparaîtra avec elle. Ceux qui tombent amoureux de la Vérité découvriront que les bénédictions tomberont amoureux d'eux réciproquement. Lisons :

  2 Thes. 2 : 8-12 - « Et alors paraîtra l'Impie que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de Sa bouche, et qu'Il anéantira par l'éclat de son avènement. L'apparition de cet impie se fera par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la Vérité pour être sauvés. Aussi Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l'injustice soient condamnés. »

  Nous voyons que si nous ne tombons pas amoureux de la Vérité, la déception est inévitable. Non, personne n'est trompé en rentrant en contact avec l'erreur (car nous sommes en contact avec l'erreur à partir du moment où nous sommes nés jusqu'à notre mort), mais toute personne qui ne tombe pas amoureux de la Vérité est sûre d'être trompée, qu'importe ce qu'il peut faire pour éviter la Vérité.

  Et ceux qui sont satisfaits de la Vérité d'hier, qui ne recherchent pas la Vérité fraîche pour aujourd'hui provenant du trône de Dieu, qui ne cherchent pas « la nourriture solide au temps convenable, » - de telles personnes se retrouveront dans une situation aussi terrible que celle des Juifs : elles seront vomies.

  Deut. 30 : 15, 19 – « Vois, je mets aujourd'hui devant toi la vie et le bien, la mort et le mal. ... J'en prends aujourd'hui à témoin contre vous le ciel et la terre. J'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité. »

  Exemple n° 6 : Si nous manquons de tirer avantage de ce que Dieu nous dit nous échouerons aussi lamentablement, sinon pire que ceux qui échouèrent avant nous. Je pense que certains d'entre vous qui ont eu un contact personnel avec Dieu connaissent ces choses à travers leurs propres expériences. Sans aucun doute, vous avez remarqué que vous ne pouvez plus empêcher l'explosion d'avoir lieu quand vous laissez dans la même pièce le feu et la poudre à canon ; que vous ne pouvez pas servir le Diable et avoir encore la paix et la sécurité. Laissez-moi illustrer ceci par un incident réel.

  Un certain homme rêva qu'un cheval le tirait en lui donnant des coups de sabots. Pour sauvegarder sa vie, dès lors il gardait ses distances avec tous les chevaux. Néanmoins, un jour où il y avait du vent, comme il descendait une rue il passa devant un établissement de forgeron sur la devanture duquel était suspendu un panneau avec un fer à cheval peint dessus. Tout à coup le panneau tomba sur sa tête et il mourut sous le choc.

  Nous ne pouvons plus éviter les conséquences du péché et de l'isolement de Dieu que ce rêveur ne pouvait éviter la mort en l'esquivant. Nous ne savons jamais ce que peut engendrer le jour et nous ne pouvons nous permettre de nous isoler nous-mêmes de Dieu, pas même un moment. Nous ne pouvons pas non plus dire, à coup sûr, que nous ferons ou ne ferons pas ceci, cela, ou l'autre.

  Exemple n° 7 : Il y a quelques années alors que j'étais en Europe, j'entendis que l'un de mes cousins était parti pour l'Amérique. Je dis alors en moi-même, « Pauvre cousin, je ne laisserai jamais la maison pour aller vivre dans un endroit aussi éloigné que l'Amérique pour aucune raison. » Mais, à peu près à cette époque, je fus avec d'autres faussement accusé de conspiration. C'était durant la saison où les nuits étaient longues, et comme nous allumions la lumière de notre magasin un matin avant le lever du jour, une foule rassemblée avec des fusils et des pierres brisa les fenêtres. Il se trouva, c'était juste quelque mois après que j'eu pitié de mon pauvre cousin qui s'était éloigné de sa patrie, je me retrouvai moi-même en Amérique dans la même maison que lui. A première vue, c'était une grande déception non pas moindre que celle de Joseph d’antan, mais quelle faveur enfin ! Que Dieu bénisse la foule !

  Seul Dieu connaît l'avenir, et nous devrions placer nos espérances et nos ambitions dans Ses puissantes mains. Alors, et seulement alors nous parviendrons au « sommet. » Et si nous sommes tentés de dire nous ferons ou nous ne ferons pas ceci ou cela ? Alors souvenons-nous de Jonas : il disait qu'il ne porterait pas de message à Ninive, et il prit immédiatement un bateau pour Tarsis. Mais, les hommes du bateau le jetèrent pardessus bord et le grand poisson le ramassa et le ramena à l'endroit même d’où il essayait de s'enfuir.

  Nébucadnetsar, roi de Babylone pensait perpétuer son royaume en ordonnant à tous ses sujets de s'agenouiller devant sa statue d’or. Cependant, les trois Hébreux déjouèrent son plan et changèrent le cours de l'histoire. Les hommes qui jetèrent les Hébreux dans la fournaise ardente furent eux-mêmes brûlés à mort, mais pas un seul cheveu sur la tête des Hébreux ne roussit tout le temps où ils restèrent dans la fournaise ardente. Elevons nos voix et disons avec le Psalmiste:

  Psa. 8 : 1-7 - « Eternel, notre Seigneur ! Que ton nom est magnifique sur toute la terre Ta majesté s'élève au-dessus des cieux. Par la bouche des enfants et de ceux qui sont à la mamelle Tu as fondé Ta gloire pour confondre tes adversaires, pour imposer silence à l'ennemi et au vindicatif quand je contemple les cieux ouvrage de tes mains, la lune et les étoiles que Tu as créés. Qu'est-ce que l'homme pour que Tu te souviennes de lui ? Et le fils de l'homme, pour que tu prennes gardes à lui ? Tu l'as fait de peu inférieur aux anges et Tu l'as couronné de gloire et de magnificence. Tu lui as donné la domination sur les œuvres de tes mains, Tu as tout mis sous ses pieds. »

  Le prophète Malachie fut instruit d'écrire pour le peuple qui devrait vivre au temps de la fin. Lisons à partir du chapitre quatre :

  Mal. 4 : 1-3 - « Ca voici, le jour vient, ardent comme une fournaise. Tous les hautains et tous les méchants seront comme du chaume ; le jour qui vient les embrasera, dit l'Eternel des armées, il ne leur laissera ni racine ni rameau. Mais pour vous qui craignez Mon nom se lèvera le Soleil de Justice, et la guérison sera sous ses ailes ; vous sortirez et vous sauterez comme les veaux d'une étable. Et vous foulerez les méchants, car ils seront comme de la cendre sous la plante de vos pieds, au jour que je prépare dit l'Eternel des armées. »

  N’est-il pas meilleur d'être un être humain selon l'ordre de Dieu, une merveilleuse créature qui vit à jamais, plutôt que d'être de la cendre sous la plante des pieds des saints ? Pourquoi ne pas répondre maintenant à Son appel et faire de la vie ce qu'elle devrait être ?

  Versets 4-6 - « Souvenez-vous de la loi de Moïse, mon serviteur auquel j'ai prescrit en Horeb, pour tout Israël des préceptes et des ordonnances. Voici, je vous enverrai Elie le prophète avant que le jour de l'Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d'interdit. »

  Etes-vous en train d'attendre, de guetter, de prier et d'espérer que lorsque cet Elie le prophète antitype apparaîtra et vous visitera, votre cœur se tournera vers vos enfants et leurs cœurs vers le vôtre ou vous glissez-vous sous votre carapace, pour ainsi dire, de peur que vous soyez trompés si vous devriez le rencontrer ?

  La vie, voyez-vous, est ce que vous en faites. La plupart des gens ne savent pas comment 1a rendre meilleure, mais, « si vous savez ces choses, heureux serez-vous si vous les pratiquez. »

  Résumons cette étude : Nous avons appris que nous avons été placés dans ce monde pour un but, que si nous voulons le salut et les bénédictions nous devons coopérer avec Dieu. Nous pouvons faire ceci en suivant les exemples du peuple de Dieu qui a faim de Vérité. Pour nous permettre de le faire, Il fit en sorte que les gloires et les calamités des deux classes de personnes furent notées dans Son Livre.

  Si nous comparons nos œuvres à celles de Noé, nous verrons si oui ou non nous sommes à sa mesure dans l'obéissance à la Vérité présente. Ni les antédiluviens ni les postdiluviens ne tirèrent avantage de la prédication de Noé. Les premiers ne crurent pas que la terre pouvait être inondée et ils périrent, les derniers ne crurent pas que la terre ne pouvait plus être inondée. Ils construisirent la tour de Babel parce qu'ils craignaient un autre déluge, bien qu'il leur fût clairement dit qu'il n’y aurait plus un tel déluge. Cependant, Dieu non seulement détruisit leur ouvrage, mais confondit également leur langage, et en échange leur donna à tous des langues différentes, en sorte que peu purent se comprendre l'un l'autre. Si nous travaillons pour accomplir les plans que Dieu a pour nous, nous ne serons jamais confus et confondus.

  Nébucadnetsar, roi de Babylone vit enfin les choses comme Dieu les voit, mais, à la manière forte : pas avant que Dieu le fit manger de l'herbe comme un bœuf pendant sept années. Plus tard, quand il revint à lui-même, il reconnut Dieu comme le Dieu Qui gouverne le ciel et la terre. Faisons mieux que le Roi.

  Alors Belschatsar, le roi qui ne tira pas avantage de l'expérience de Nébucadnetsar, en une nuit il causa sa perte, celle de son royaume et de tout ce qui lui appartenait.

  Un dirigeant succéda à un autre dirigeant et finalement le royaume passa aux mains des Mèdes et des Perses, puis aux mains des Grecques, ensuite aux mains des Romains et finalement aux mains des nations d'aujourd'hui. Les nations, voyez-vous, appartiennent à Dieu et Il les fait gouverner par qui il veut.

  Les nations qui vinrent au plus près de Dieu et de Ses enseignements devinrent des nations grandes et respectables, et ceux qui restèrent éloignés de Lui ne sont pas mieux que les animaux.

  C'est préférable d'apprendre ce que Dieu veut que vous accomplissiez, puis, alors faites uniquement cela. En vérité la vie est ce que nous en faisons - ni plus ni moins. Maintenant, c'est votre opportunité, vous êtes à la croisée de deux chemins. Lequel emprunterez-vous ? Le chemin large ou le chemin étroit, lequel ?

-o-o-o-o-o-

  En vue d’apporter à tous cette joie inexprimable des promesses de Dieu, l’espérance des âges, ces études sont publiées et envoyées gratuitement et sans obligation à tous ceux qui désirent les obtenir. Envoyez vos noms et adresses à l’association Universelle de Publication, à l’adresse qui figure au dos de la page de couverture.

* * * * * * *

  Quand vous demandez des copies supplémentaires de ces « Feuilles d'Automne » s'il vous plait indiquez le volume et le numéro de l'étude au lieu de la date et du titre. Ceci nous permettra de répondre à votre demande sans délai.

 

Les Dons de Dieu

 

Ses dons sont plus grands que mes rêves
Les dons de Dieu pour moi
Aussi incalculables que les rayons dorés du coucher de soleil
Aussi sans limite que la mer

J'en demande une partie, Il donne le tout
Lui-même, et tout avec
Sa tendresse regorge mon âme
Affluant comme la marée

Il aura une place dans mon cœur
Pour gouverner et régner en maître suprême
Ma voix toujours le louera pour la grâce
Que je ne pouvais jamais rêver

Ses dons sont plus grands que mes rêves
Les dons de Celui qui me rend libre
Et de jour en jour elle apparaît de plus en plus abondante
La grâce de Dieu pour moi.

 

                                                                                           - J. B. Pounds

. . .

Précédent
1ST49
Quʼest-Ce Que La Religion ? En Tire-T-On Profit Maintenant Et Apres ?
Prochain
1ST51
La Religion Est-Ce Quelque Chose De Vivant Et Qui Se Developpe Ou Est-Ce Quelque Chose De Mort Et Qui Sʼetiole