Davidian Today C'est le site officiel de AGADSJ

Langues

Social

Global search
Use these syntaxes below to make advanced search
Sentence search: "Ancient David also was a young boy"
AndX search: King David
OrX search: King | David
NotX search: King ! David
Book search
Use these syntaxes below to make advanced search witin books
Reference search: 1tg2: or 1tg2:18 or 1tg2:18.3
Sentence search within book: 1tg2::"Ancient David also was a young boy"
Sentence search within book categories (tracts): tr::"The Jews before Christ’s day"
AndX search within book: 1tg2::King David
OrX search within book: 1tg2::King | David
NotX search within book: 1tg2::King ! David

La Maison De David Comme Lʼange De Lʼeternel

La Seule Paix De L'esprit

MEDITATION POUR LA PRIERE D’OUVERTURE

 

Je lirai dans Une Vie Meilleure, le dernier paragraphe de la page 126.

V.M. : p.126 et 129 : « Dieu est notre Père ; Il nous aime et veille sur nous comme Ses enfants. Il est aussi le grand Roi de l’Univers. Les intérêts de Son royaume étant nos intérêts, nous devons travailler à son avènement.

« Les disciples du Christ attendaient l’établissement immédiat de son royaume de gloire, Par cette prière, Jésus leur montre qu’il n’est pas sur le point d’être instauré. Ils devaient prier pour son retour comme un évènement à venir. En même temps, cette prière était une promesse pour eux. Si ce royaume ne devait pas être établi au cours de leur vie terrestre, le fait que Jésus les invite à prier pour qu’il vienne prouve qu’il viendra sûrement à l’heure fixée par Dieu. »

Quelle est la pensée centrale contenue dans cette lecture ? Quel devrait être l’objet de notre prière. Nous devrions prier afin de comprendre que la prière seule ne nous amènera pas dans le Royaume ; que le travail est tout aussi nécessaire que la prière. Oui, les intérêts de Son royaume devraient occuper la place la plus importante de notre esprit. Nous devons aussi bien « travailler » que prier pour l’établissement du royaume.

 

Copyright, Réimprimé en 1953

Tous droits réservés

à V.T. HOUTEFF

 

« LA MAISON DE DAVID COMME L’ANGE DE L’ETERNEL »

 

DISCOURS DE V.T. HOUTEFF,
MINISTRE DES ADVENTISTES DU 7ème JOUR DAVIDIENS
SABBAT 05 OCTOBRE 1946
CHAPELLE DU MONT CARMEL
WACO, TEXAS

Ouvrons nos Bibles au douzième chapitre de Zacharie. Notre étude se trouve au verset huit, mais afin de trouver la période et le peuple auxquels le verset se réfère directement, nous devons commencer notre étude avec le premier verset de ce chapitre :

Zach. 12 : 1 : « Oracle, parole de l’Eternel sur Israël. Ainsi parle l’Eternel, qui a étendu les cieux et fondé la terre et qui a formé l’esprit de l’homme au-dedans de lui. »

Il y a dans ce verset deux points que nous devons sérieusement considérer : (1) Que l’oracle est de l’Eternel ; (2) Que Son oracle est sur Israël, l’église, et non pas sur le monde.

Verset 2 : « Voici, je ferai de Jérusalem une coupe d’étourdissement, pour tous les peuples d’alentour lorsqu’ils assiègeront Juda et Jérusalem en même temps. » (Version King James).

De ce verset, nous apprenons que les nations païennes vont faire un siège non seulement contre Jérusalem, mais aussi contre Juda – oui, contre le Royaume entier, l’église ou le peuple. Et qu’à cette période, au moment du siège, Jérusalem sera une coupe d’étourdissement pour tous les peuples ; alors tous les peuples craindront Jérusalem et trembleront devant elle.

Verset 3 : « En ce jour là, je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples ; tous ceux qui la soulèveront seront meurtris ; et toutes les nations de la terre s’assembleront contre elle. »

Le siège ne se fera pas uniquement par les nations voisines de Jérusalem, mais par tous les peuples de la terre ; une chose qui seulement peut être possible que par les moyens de communication de notre époque. Par ce fait, Jérusalem sera une pierre pesante pour tous les peuples aux alentours. Dans leur effort de combattre leur crainte en assiégeant la ville, ils se chargent eux-mêmes. Pour cette entreprise diabolique ils seront taillés en pièces.

Verset 4 : « En ce jour-là, dit l’Eternel, je frapperai d’étourdissement tous les chevaux, et de délire ceux qui les monteront, mais j’aurai les yeux ouverts sur la maison de Juda, quand je frapperai d’aveuglement tous les chevaux des peuples. »

Bien que l’Eternel frappera de folie, de délire, et d’aveuglement, ceux qui assiègent la ville, il aura néanmoins Ses yeux ouverts sur la maison de Juda.

Verset 5 : « Et les chefs de Juda diront en leur cœur : les habitants de Jérusalem sont notre force, par l’Eternel des armées, leur Dieu. »

Après que tous les pêcheurs aient été enlevés du milieu d’elle par l’œuvre du Jugement pour les vivants, alors les chefs de Juda réaliseront que leur force dépend des saints habitants de Jérusalem et du Seigneur, leur Dieu. En effet, c’est alors qu’ils seront forts. Voyons ce que le verset suivant dit :

Verset 6 : « En ce jour là, je ferai des chefs de Juda comme un foyer ardent parmi du bois, comme une torche enflammée parmi des gerbes ; ils dévoreront à droite et à gauche tous les peuples d’alentour, et Jérusalem sera encore habitée à sa place, à Jérusalem même. » (Version King James).

Peu importe ce que nous pensons, Dieu aura un peuple fort et fidèle, le type même décrit ici ; et Jérusalem sera habité par un peuple saint, sans aucun pécheur parmi eux. Puisque Elie, le prophète antitype, qui apparaît juste avant le jour grand et redoutable du Seigneur ; juste avant le jour du Jugement pour les Vivants trouve l’église envahie par le Diable de la même manière que l’était l’église Juive à l’époque du Christ et comme les saints, les premiers fruits doivent être sauvés un par un, Il envoie d’abord des pécheurs pour les pécher et ensuite des chasseurs pour les chasser (Jér. 16 : 16), Il les rassemble un à un (Esa. 27 : 12, 13). Ainsi, en est-il aujourd’hui, ils sont « pêchés » par cette littérature gratuite et maintenant sont « chassés » par les hommes directement chez eux, qu’ils soient dans la ville, le village ou la campagne.

Verset 7 : « L’Eternel sauvera d’abord les tentes de Juda, afin que la gloire de la maison de David, la gloire des habitants de Jérusalem ne s’élève pas au-dessus de Juda. »

Il sauvera en premier lieu les tentes (les humbles demeures plutôt que les maisons ou les palais) de Juda, c’est-à-dire, le Seigneur sauvera d’abord le commun du peuple, les laïcs pour que les ministres ne puissent point s’exalter au-dessus des laïcs, et ainsi tous pourront apprendre à donner gloire à Dieu, et non à aucun homme

Puisque rien de ce que prédisent ces versets des Ecritures n’a jamais été accompli dans Jérusalem ou dans quelque autre partie du monde, manifestement, l’accomplissement de ces prédictions est encore futur. Et maintenant, nous devons découvrir si elles doivent s’accomplir à notre époque ou plus tard.

Puisque le travail que nous faisons maintenant n’est soutenu par aucun homme, et puisque Dieu nous a conduit tout le long du chemin aussi sûrement qu’Il le fît pas à pas pour le mouvement de l’exode, selon la direction de la Providence, et puisque nous sommes également le seul peuple qui ait reçu le message du rétablissement de la Maison de David et de la restauration de « toutes choses » (Marc 9 : 12) et sommes par conséquents appelés Davidiens, on ne peut échapper à la conclusion que le temps pour l’accomplissement de ces prophéties est très proche, même à la porte. C’est la raison pour laquelle l’annonce de ces évènements est maintenant claironnée à travers le monde Adventiste.

Manifestement, donc, tout ce que le Seigneur a à dire dans ce chapitre est pour notre instruction et pour nos propres besoins présents et spéciaux. Il s’agit d’une communication qui nous est spécialement adressée et dévoilée à ce moment précis pour que nous puissions connaître ce que Dieu voudrait que nous fassions et comment le faire pour que toutes les choses soient rapidement rétablies.

Nous allons maintenant lire le texte de notre étude :

Verset 8 : « En ce jour-là, l’Eternel protégera les habitants de Jérusalem, et le faible parmi eux sera dans ce jour

comme David, la maison de David sera comme Dieu, comme l’ange de l’Eternel devant eux. »

En plus de nous donner la certitude que le Seigneur défendra Son peuple, l’Inspiration établit une comparaison entre David et Dieu. Même les faibles « seront comme David, et la maison de David sera comme Dieu, comme l’ange de l’Eternel devant eux. » Quelle grande et merveilleuse déclaration ! Quel privilège que d’être comparé à Dieu Lui-même !

Maintenant, afin de savoir ce que signifie être « comme David, » chacun de nous doit savoir quelle sorte de personnage était David.

Pour commencer, il était un berger exemplaire, il a risqué sa vie pour ses moutons. Vous vous souvenez qu’afin de sauver les agneaux, il affronta courageusement le lion et l’ours, et qu’il les tua de ses mains nues. A une autre occasion, pour sauver l’indépendance de sa nation et le grand honneur de Dieu, il risqua à nouveau sa vie en bravant le géant Goliath. À cause de la fidélité de David, Dieu le sauva des bêtes et du géant et le fit roi de Son peuple.

La fidélité d’une personne dans les petites choses indique sa fidélité dans les grandes choses aussi. La fidélité apporte toujours une récompense. Ainsi, afin d’être « comme David, » chacun doit être aussi fidèle, aussi digne de confiance, et aussi dévoué pour le Royaume de Dieu que l’était le David d’antan.

Maintenant pour savoir ce que signifie être « comme Dieu, » nous devons étudier ce qu’est Dieu. Au commencement, Il n’avait pas seulement créé et rempli abondamment la terre avec toutes les bonnes choses pour

Ses créatures, mais, Il avait aussi planté un jardin (maison) pour l’homme. Ainsi, il créa une maison modèle pour tous les humains qui allaient y habiter par la suite. Il expliqua à Adam comment garder la maison et comment cultiver son jardin. Il lui apprit à parler et à distinguer les espèces animales et à les nommer en conséquence. Dieu dota l’homme du savoir et de la vie dans le but de le rendre heureux et utile en faisant le monde comme il devrait être. Même après que le couple soit tombé dans le péché, Dieu s’intéressa encore à eux, comme auparavant et même plus encore qu’Il commença, en fait, immédiatement à leur enseigner comment ils pourraient se repentir et comment revenir vers la maison éternelle. Depuis ce jour, Il a continué à enseigner la famille humaine.

Pour faire cette œuvre de salut, Dieu envoya l’Esprit de Vérité. Il envoya des prophètes et des anges, ainsi que Son Fils unique – tous enseignants de la rédemption. Il descendit Lui-même au Sinaï et bien qu’ils tuèrent pratiquement tous Ses serviteurs y compris Son Fils, Son intérêt constant pour la race humaine continue encore jusqu’à ce jour. En dépit de nos fautes, Sa promesse de nous ramener en Eden pour y vivre avec Lui si nous nous repentons, demeure aussi sûre que le soleil.

Maintenant, vous voyez ce qu’est Dieu et si nous devons être « comme Dieu, » alors c’est ce à quoi nous devons ressembler. Nous devons être aussi désintéressés que Lui. Cela veut dire que nous devons être aussi intéressés les uns pour les autres et dans l’établissement de Son Royaume qu’Il l’est. Nous devons être aussi altruistes que Lui. Nous devons enseigner joyeusement aux autres tout ce qu’Il nous a enseigné. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour améliorer les conditions de vie des autres. Nous devons rendre le

monde meilleur qu’il pourrait l’être si nous n’y étions pas. Durant la semaine de création, Dieu a fait Sa part de travail. Maintenant, nous devons faire notre part de création si nous devons être comme Dieu.

Quelle que soit la bonne chose que nous pouvons avoir, métier ou quelque autre don qui en vaille la peine, nous nous devons d’être fidèles et soucieux de l’enseigner aux autres, comme Il est fidèle et soucieux de nous enseigner. Si nous négligeons ce devoir, non seulement nous échouons à être comme Dieu, mais il nous faudra même rendre des comptes pour notre négligence.

Durant toute ma vie, j’ai découvert des gens très égoïstes et qui craignaient que quelqu’un ne les supplante d’une manière ou d’une autre.

Quand j’apprenais mon métier, j’ai souvent trouvé qu’il était nécessaire de poser des questions, mais ceux avec qui je travaillais éludaient mes questions. Leur égoïsme, néanmoins ne m’empêcha pas d’apprendre ce que je voulais savoir. Je l’avais appris par d’autres moyens. Ces hommes ne professaient pas être si avancés dans la vie chrétienne que nous professons l’être. Et pour cette raison leur jalousie et leur égoïsme peuvent seulement être mis sur le compte de l’ignorance. Mais nous, qui connaissons mieux, devrions essayer de transmettre notre connaissance à autant de gens que possible, et n’espérer rien en retour sinon leur succès dans la vie. Dieu Lui-même nous récompensera. Mais, si nous essayons de garder notre connaissance pour nous-mêmes, nous serons assurément les plus perdants. Souvenez-vous aussi, que quel que soit ce que nous possédons de bon, c’est un don de Dieu. Nous avons ici un ancien dicton qui convient parfaitement : « Il n’y a pas

de limite au bien que tu puisses faire, si tu n’attaches pas d’importance à celui qui en obtient le mérite. »

Le Seigneur apprit aux oiseaux comment vivre et faire leurs nids et comment élever leurs petits. Alors, ne devrions-nous pas aider les autres à bâtir et améliorer leurs maisons et leur manière de vivre ? Rappelez-vous ce que Jésus disait : « peu importe qui donnera à boire un verre d’eau froide à celui-ci ou ceux-là, parce qu’il est un disciple, en vérité je vous le dis : il ne perdra pas sa récompense. » Matt. 10 : 42.

Si Dieu n’était pas ce qu’Il est, Il ne serait pas Dieu, et si nous continuons d’être comme nous l’avons toujours été, nous ne serons jamais « comme Dieu. »

La maison de David, de plus, doit être « comme l’ange de l’Eternel devant eux. » Que signifie cette déclaration ? Cela signifie que si nous devons être des membres de la maison de David, nous devons être comme David, comme Dieu et aussi comme les anges. Les anges sont puissants en force ; ils obéissent aux commandements de Dieu, ils prêtent l’oreille à la voix de Sa parole (Psaumes 103 : 20). Ils sont toujours prêts à servir les Saints, et ils les menèrent sains et saufs au travers de tous les conflits qu’ils rencontrèrent à travers les âges. Dieu attend de Son église et de Son peuple qu’ils soient justes cela, comme « l’ange de l’Eternel. » Qu’importe ce que nous, en tant qu’individus choisissions d’être, Dieu néanmoins aura une église qui sera tout cela.

Maintenant, quel est le principal but de la Maison de David ? - Les Ecritures révèlent que la maison de David fut bâtie pour trois raisons : (1) pendant le rassemblement des peuples, elle doit « rebâtir sur d’anciennes ruines, » pour relever d’antiques décombres » et pour « renouveler

les villes ravagées, dévastées depuis des générations. » Esa. 61 : 4. Cette œuvre de reconstruction et de restauration a comme type la reconstruction de l’ancienne Jérusalem par les Juifs, revenant de leur captivité Babylonienne vers le pays de leurs pères. De la même manière qu’ils devaient reconstruire d’anciennes ruines, d’antiques décombres – le temple du Seigneur, la ville et les murs - et restaurer le culte de Dieu selon la propre volonté Divine du Seigneur, nous aussi sommes, maintenant dans le rassemblement antitype, appelés à faire le même travail. Seulement cette fois, cette œuvre sera beaucoup plus grande en étendue et en proportion. Nous devons, par conséquent, travailler de façon encore plus incessante qu’ils ne travaillèrent et être heureux et reconnaissants d’avoir le privilège de pouvoir participer à cette œuvre grande et glorieuse.

(2) En plus de cette grande et glorieuse œuvre, Dieu doit briser le joug des Gentils qui repose sur les épaules de Son peuple avec la maison de David qui est comme un marteau dans Ses mains (Jér. 51 : 20). Avec elle, Il doit libérer Son peuple de la domination des Gentils : « à Assyrie, Egypte, Pathros, Cush, Elam, Sinhar, Hamath et des îles de la mer. … » (Esa. 11 : 11). Avec elle, « Il élèvera une bannière pour les nations et rassemblera les exilés d’Israël et recueillera les dispersés de Juda des quatre extrémités de la terre. » Esa. 11 : 12. Pour que cette œuvre soit accomplie, nous devons d’abord être en premier la « multitude de pêcheurs, » puis la « multitude de chasseurs » (Jér. 16 : 16). C’est ainsi que les premiers fruits seront rassemblés « un à un » Esa. 27 : 12. Nous sommes maintenant dans la période de chasse, allant de ville en ville, de village en village, de porte en porte, chose qui n’avait jamais été faite auparavant. En plus de pécher et chasser, nous devons aussi faire « une route pour le reste de son peuple, qui sera laissé en Assyrie [après que

les premiers fruits soient moissonnés], comme ce fut le cas pour Israël le jour où il sortit du pays d’Egypte » Esa. 11 : 16. Lorsque cette chasse sera finie et la route construite, alors les seconds fruits iront vers la montagne de la maison de l’Eternel. Une nation, alors, dira à une autre nation, pour ainsi dire : « Venez et montons à la montagne du Seigneur, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’Il nous enseigne Ses voies et que nous marchions dans Ses sentiers : Car de Sion sortira la Loi et de Jérusalem la parole de l’Eternel. » Mic. 4 : 2.

Ainsi, notre œuvre a aussi son type : le mouvement d’Exode sortant d’Egypte et s’établissant dans la terre promise. Comme ils furent libérés de leur servitude Egyptienne, nous aussi serons libérés du joug du monde, et comme ils possédèrent la terre et établirent le royaume, ainsi ferons-nous, si nous faisons de leurs erreurs notre tremplin vers le succès.

(3) Finalement, nous devons hâter « l’avènement du jour de Dieu, où les cieux enflammés se dissoudront, et les éléments embrasés se fondront. » Nous amènerons « de nouveaux cieux et une nouvelle terre où la justice habitera. » 2 Pie. 3 : 12, 13.

Pour une autre phase de ce travail, nous avons aussi le déluge comme type. Comme la prédication de Noé, mis fin au monde de son époque, de la même manière notre prédication mettra fin au monde de notre époque. Comme les fidèles de cette époque trouvèrent refuge dans l’arche, les fidèles d’aujourd’hui trouveront refuge dans le Royaume (l’église purifiée) prédite ici.

Par conséquent, l’œuvre de ces trois mouvements : celui de Zacharie, celui de Moïse et celui de Noé, sont des types de chaque phase de notre œuvre.

Ici, nous voyons clairement que l’œuvre que Dieu nous a donné ne consiste pas seulement à prêcher, mais en un travail manuel également. Ils sont des milliers dans le monde à être aussi anxieux à prêcher que ne le sont les ours à remplir leur estomac après l’hibernation, mais peu colleront leurs épaules contre la roue et continueront à la pousser.

Ce dont le monde a besoin aujourd’hui, ce n’est pas de prédicateurs, mais d’enseignants qui peuvent enseigner d’une main et utiliser la pioche ou la pelle de l’autre. Le monde n’a pas davantage besoin d’hommes « convoitant » le poste de Moïse et d’Aaron, mais a un besoin urgent d’hommes qui peuvent recevoir les ordres et les réaliser avec succès ; d’hommes qui osent affronter le géant, le lion et l’ours ; d’hommes qui osent être des héros pour Dieu ; « d’hommes qui servent de signe, » d’hommes avec une foi constante et une patience illimitée, croyant que Dieu dirige Lui-même le bateau et par conséquent, il ne peut pas y avoir d’échec. Le monde effectivement, a besoin d’hommes comme Noé, Moïse, David Esdras, Néhémie et d’un grand nombre de Job.

Notre travail et notre devoir sont maintenant tracés aussi clairement qu’ils peuvent l’être à ce moment particulier. Par conséquent, nous ne devons pas errer ni être ignorants de ce qui doit être fait et comment il doit se faire.

Beaucoup, croient honnêtement qu’ils font le travail de Dieu, ou du moins qu’ils aident à le faire. Mais, s’ils examinaient ce qu’ils réalisent quotidiennement, leurs motivations, leurs efforts et leurs intentions, plusieurs découvriront qu’ils ne travaillent pas pour Dieu, mais qu’ils sont soit en train de perdre du temps ou soit

en train de travailler pour le moi. En fait, maintenant, comme au temps de Moïse, il y a des moments où l’on est perplexe de savoir si des saints ou des démons sont activement engagés dans la grande œuvre de Dieu. Arrêtez, écoutez et réfléchissez. Examinez-vous, vous-mêmes, vous y gagnerez en temps et en énergie. Découvrez qui vous êtes, ce que vous êtes, et où vous êtes.

Esdras et Néhémie eurent un moment ardu dans la construction des anciennes ruines. Je crois que Dieu aurait pu envoyer des anges pour empêcher leurs ennemis d’interférer dans leur projet, mais Il choisit des bâtisseurs fidèles tenant l’épée d’une main et les briques dans l’autre (Néh. 4 : 17, 18). Leur travail était très dur, si ce n’était plus dur que le nôtre, mais ils étaient fidèles et nous ne pouvons pas nous permettre d’être moins fidèles qu’eux. Oui, ils travaillaient autant qu’ils enseignaient. Ils ne parlaient pas seulement de religion, mais construisaient aussi. Ne voyez-vous pas, comme les types le démontrent, les choses que nous sommes appelés à faire, ne peuvent pas l’être par l’enseignement uniquement ? Nous sommes maintenant prêts à lire :

Versets 9-10 : « En ce jour-là, je m’efforcerai de détruire toutes les nations qui viendront contre Jérusalem. Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un Esprit de grâce et de supplication et ils tourneront les regards vers Moi, Celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur Lui comme on pleure sur un fils unique. Ils pleureront amèrement sur Lui comme on pleure sur un premier-né. »

Lorsque Dieu commencera la destruction des nations, Il déversera sur Ses saints un Esprit de grâce, puis ils pleureront réellement à cause de leurs péchés

contre le Seigneur. C’est parce que les hommes n’ont pas cet Esprit que leur susceptibilité est si facilement froissée par la moindre petite chose faite contre eux. Puisque l’Esprit de grâce ne fait pas pleurer sur soi, c’est tout à fait normal que si quelqu’un s’apitoie sur lui-même de ce que les autres font ou disent contre lui, c’est un signe sûr que plutôt que d’être imprégné de l’Esprit de grâce, il est imprégné de l’esprit du Diable qui, tous les jours, essaie de le décourager et de le démoraliser par l’apitoiement sur soi. Souvenez-vous donc que l’apitoiement sur soi-même est une défaite totale. Aucun d’entre nous n’a subi de mauvais traitement comme ce fut le cas pour le Seigneur, et pourtant Son « moi » ne fut jamais froissé.

Si nous devons être désolés pour quelqu’un, ne le soyons pas pour nous-mêmes. Nous pensons, quelquefois, que nous sommes désolés d’avoir péché et nous nous sentons responsables du fait que le Seigneur fut maltraité et crucifié, mais notre peine n’est pas réelle ; elle est seulement théorique. Quand l’Esprit de grâce sera déversé sur nous, nous réaliserons pleinement que ce n’était pas les péchés des Juifs qui crucifièrent le Christ, mais, nos péchés à tous. En conséquence, nous pourrions considérer comme un privilège d’être maltraité pour l’amour de Dieu.

Versets 11-14 : « En ce jour-là, le deuil sera grand à Jérusalem, comme le deuil d’Hadadrimmon dans la vallée de Meguiddon. Le pays sera dans le deuil, chaque famille séparément ; la famille de la maison de David séparément, et les femmes à part ; la famille de la maison de Nathan séparément et les femmes à part ; la famille de la maison de Lévi séparément et les femmes à part ; la famille de Schiméi séparément et les femmes à part ; toutes les autres familles, chaque famille séparément, et les femmes à part. »

Un grand jour arrive. Sœur, Frère. Si ce jour n’était pas aussi près, nous n’aurions pas aujourd’hui cette lumière qui brille sur notre sentier. Par conséquent, travaillons pour l’établissement du Royaume de Dieu, « que Sa volonté soit faite en nous et ainsi qu’à la fin, qu’elle soit faite « sur la terre comme elle est [faite] au ciel. » En tant que précurseurs de Son Royaume, faisons tout ce que nous pouvons pour démontrer que nous sommes dignes de nous tenir debout avec Lui sur le Mont Sion ; d’être « comme Dieu, comme l’ange de l’Eternel » devant les saints et d’apporter l’évangile éternel à toutes les nations et par conséquent, emmener la fin de tous les péchés et de tous les malheurs du monde.

 

Précédent
1SO8
Laodiceen Ou Davidien — Lequel ?
Prochain
1SO10
Quʼest-Ce Qui Apporte Le Succes Au Reveil Et A La Reforme